Uncategorized

Le soutien du conjoint et de l’entourage pendant le Mois d’Or

La semaine dernière, l’allongement du congé paternité a été voté.

À partir du 1er juillet 2021, les conjoints pourront bénéficier de 28 jours de congé après la naissance de leur enfant, dont 7 jours obligatoires.
Les choses évoluent, et même si ce n’est pas autant que nous l’aurions espéré (la commission des 1000 jours avait demandé un congé de 9 semaines), il s’agit déjà d’une grande avancée.

Suite à cette annonce, j’ai eu envie de vous parler de la fameuse période du Mois d’or et de l’importance de la présence, et du soutien du conjoint et de l’entourage durant les semaines qui suivent l’accouchement.

Pour écrire cet article, je me suis beaucoup inspirée du livre de C. Chadelat et M. Mahé-Poulin : Le mois d’or, ainsi que des apports et échanges tirées de la soirée sur le thème du mois d’or qu’elles animaient le mardi 29 septembre.

Qu’est-ce que le mois d’or ? 

“Le Mois d’or commence au moment de la naissance et se poursuit jusqu’au 40ème jour après l’accouchement. Le mois d’or est la période recommandée par la médecine chinoise et le Dr de Gasquet, et de nombreuses autres cultures, pour que la mère retrouve des fonctions physiques et psychologiques optimales. Elle reçoit alors des soins, des pratiques, et une alimentation adaptés à son état.”

“D’après la médecine chinoise, les maux contractés lors de cette période, comme un simple rhume, sont susceptibles d’engendrer des fragilités qui endommageraient la santé de la jeune mère pour toute sa vie et de ressurgir lors de sa vieillesse”.

L’après accouchement est malheureusement une période peu mise en avant. Dans notre société, cette période est souvent représentée comme une période merveilleuse et épanouissante. C’est ainsi que notre entourage, et nous-même, pensons qu’après la naissance, tout est derrière nous. Or, il n’en est pas vraiment ainsi.

La mère vient de vivre neuf de vivre neuf mois de grossesse, mais elle vient surtout de vivre un accouchement, un effort physique et émotionnel intense. Après son accouchement, elle peut aussi souffrir de certains maux dont on parle peu.

Et voilà qu’alors qu’elle est déjà fatiguée, que certains maux viennent la déranger, elle se retrouve avec un bébé, dont les besoins demandent énormément d’énergie, et de temps. Or, ce temps, elle a besoin pour se reposer, et si elle ne se repose pas, cela peut avoir une incidence sur son moral, entraîner des baby blues, une dépression port-partum, et de nombreuses conséquences sur sa santé.

Les bienfaits d’un Mois d’Or centré autour des besoins et du repos de la mère

  • Créer de nouveaux repères en évitant certaines difficultés. 
  • Permettre à la mère de retrouver plus rapidement son énergie et de préserver son corps sur le long terme. 
  • Permet de dégager du temps pour créer des liens de qualité avec son enfant.
  • Démarrer la maternité et la parentalité avec une bonne estime de soi-même.

Durant cette période, le conjoint (ou une personne de l’entourage si le conjoint est absent) joue un rôle très important, celui de soutien.

Le rôle du conjoint


Voici un extrait du livre Le mois d’or qui résume parfaitement ce rôle :

“Après l’attente des neufs mois, il est désormais temps d’entrer en pistes ! Les missions ne manquent pas : l’amour attentionné, le père présent, l’amant patient, le coéquipier sur lequel compter pour tenir la barre du navire familial. Une mission en or !
Première mission à garder à l’esprit : le Mois d’Or est une fenêtre à part. Votre femme vit un boulversement rare. Après avoir mis au monde votre enfant son corps a changé, ses repères aussi ! Ses émotions sont à fleur de peau, en particulier à cause des chutes hormonales survenant à partir du troisième jour. Votre compagne est en pleine mue, la rendant vulnérable de manière temporaire. 
Dans cette tempête post-natale, elle a besoin de vous, de votre amour, de votre reconnaissance pour ses efforts, de vos encouragements, en particulier sur son chemin d’allaitement si c’est son choix. Déboussoler voire perdue, elle peut vite fondre en larmes. Un de ses plus grands besoins sera de sentir que vous avez confiance en elle.
Le deuxième point consiste à admettre que votre femme a changé. Et vous aussi. L’enfantement est un passage qui comprend un avant et un après. Le Mois d’Or initie une période de renouveau pour votre couple. 
La mère et l’enfant ont besoin de vivre ce Mois d’Or dans une bulle. En tant que père, vous en êtes le protecteur. Participez aussi de façon activité à l’organisation matérielle et rendez-vous disponible pour être présent auprès d’eux. Ces moments nourrissent toute la famille. À la reprise du travail, quand le soir vous serez de retour chez vous, pendez que c’est le début d’une deuxième journée. 
Si vous avez d’autres enfants, votre place à leurs côtés est capitale. Savoir et sentir que vous êtes disponible est important pour eux. Proposez des sorties et usez de ce temps pour créer une relation privilégiée”. 

Des petits gestes qui font tout :

  • Créer du lien avec votre bébé :
    Prendre votre bébé
    dans vos bras – Faire du peau à peau – Le porter – Le bercer – Lui faire des massages – Donner le bain JouerParler – Chanter des chansons – Raconter des histoires – Changer la couche – Donner le biberon – Prendre bébé dans votre lit, etc…
  • Etre présent, simplement passer du temps à être ensemble, savourer ces moments uniques auprès d’elle et de votre bébé. Vous rappeler ce qui vous unit l’un à l’autre.
  • Lui préparer, et lui apporter au lit, un petit déjeuner, un repas, une tisane, un carré de chocolat, et tout ce qui peut lui apporter du bien-être.
  • Lui dire des mots réconfortants, rassurants.
  • Prendre le temps de l’écouter, d’accueillir ses émotions, ses questionnements.
  • L’encourager à recevoir du soutien émotionnel : amies, mères, doulas, accompagnantes à la parentalité, ou autres professionnels qui apaisent ses doutes et l’aident à trouver la confiance en elle.
  • Lui masser les pieds, le dos, les épaules, lui proposer une caresse tendre, la prendre dans vos bras.
  • Lui proposer du relais pour qu’elle puisse récupérer dans la journée : une sieste, un bain, ou un autre moment pour elle.
  • Lui installer des coussins, rendre la pièce confortable pour elle, lui apporter la chaleur dont elle a besoin.

Des petits gestes pendant l’allaitement :

  • Lui faire un petit massage pendant la tétée, l’épauler, lui dire des mots réconfortants qui font du bien, la soutenir, l’encourager.
  • Installer le bébé pour une tétée.
  • Lui apporter tout ce dont elle a besoin (un repas, une tisane, des coussins, un marche pied, etc…).

On pense souvent que si la mère allaite, alors le père aura plus de difficultés à prendre sa place. Mais donner le biberon n’est pas le seul moyen de créer du lien avec son enfant. Il en existe pleins d’autres, que j’ai cités un peu plus haut. Soutenir et épauler la maman qui allaite est d’autant plus gratifiant !

Le conjoint aussi a besoin de soutien

Le mois après l’accouchement est une période de chamboulement pour la mère, mais aussi pour le père. “On ne naît pas parent, on le devient”. Cette phrase est autant valable pour la mère que pour le père. Durant la période post-natale, au delà des questions, des changements, du nouveau rôle à prendre, le papa doit s’occuper des tâches logistiques, mais aussi être présent, soutenant pour sa compagne, tout en créant un lien avec son bébé.

Il est essentiel que le père puisse aussi savourer ces moments ensemble, arrêter la course, pour profiter de l’instant présent, et créer cette nouvelle bulle familiale, ce lien entre sa compagne, son bébé, et lui.

Afin que la mère puisse se reposer, vivre sereinement son “Mois d’or” et créer un lien avec son bébé, mais aussi afin que son conjoint puisse vivre la même chose, il peut alors être très bénéfique de créer un cercle de soutien. C’est à ce moment-là qu’interviennent les “bonnes étoiles” comme C. Chadelat et M. Mahé-Poulin les ont si joliment nommées.

Le rôle des “bonnes étoiles”

  • Un ami, un membre de la famille, un accompagnant en parentalité, une doula, un consultant en lactation, un sage-femme libérale, un gardien du sommeil, un professionnel d’aide au ménage, ou tout autre professionnel.
  • Elles soutiennent la jeune maman et favorisent son bien-être.
  • Elles soutiennent le couple parental par des tâches logistiques (aide pour le ménage, préparation des repas, courses, s’occuper du bébé pour qu’ils se reposent, etc…), mais aussi en les écoutant et les aidant à se faire confiance.
  • Elles savent se faire discrètes, et déceler les moments où les parents ont besoin de calme, de repos, et d’intimité.
  • Présence bienveillante – Respect et non jugement – Efficacité et discrétion – Capacité d’adaptation – Simplicité et sérénité.

“Il faut tout un village pour élever un enfant, et pour entourer une jeune famille.”
C. Chadelat et M. Mahé-Poulin

Oser demander de l’aide

Il est parfois très difficile d’oser demander de l’aide, et d’accepter le fait d’en avoir besoin. En lisant cet article,  j’espère que vous avez pu percevoir qu’il est tout à fait légitime, et je dirais même indispensable, d’en demander.

Le coût financier peut parfois être un frein au recours à une accompagnante en parentalité, une doula, un professionnel, une aide pour le ménage, une aide pour les repas, un “gardien de sommeil”, ou tout autre professionnel. 
Toutefois, vous pouvez aussi y réfléchir en couple, et vous demander : “qu’est-ce qui est nécessaire dans notre budget personnel ? Avons-nous envie de nous l’offrir quand on voit les bienfaits que cela a et l’impact pour la santé de la femme sur le long terme ? Est ce qu’on pourrait se l’offrir à la place d’un matériel de puériculture qui nous paraît moins indispensable ?”.

En conclusion

Le mois d’or commence dès la naissance, mais il se prépare, s’organise dès la grossesse.

Je trouve qu’il est important de discuter en couple de votre plan post-natal, de ce que vous souhaitez mettre en place lors de votre retour à la maternité, de votre nouvelle organisation, du cercle de soutien dont vous avez besoin, du sommeil, de l’alimentation de votre bébé.
Le fait de pouvoir communiquer vos souhaits à votre entourage avant l’arrivée de votre bébé sera aussi très bénéfique.
Tout cela vous permettra d’anticiper au mieux cette période, d’être en accord durant celle-ci, d’avancer dans la même direction, et de vivre celle-ci plus sereinement, comme un véritable cadeau en or et “hors du temps”. 

J’aurais pu parler pendant des heures du mois d’or, détailler davantage le rôle des “bonnes étoiles”, les bienfaits de l’anticipation, et surtout les outils pour le vivre sereinement et le préparer, mais je crois que l’article ce serait transformé en livre. Mais pour ça, il y a déjà de merveilleux livres que vous trouverez en “références”.

Si ce sujet vous intéresse, je ferai d’autres articles sur ce que je n’ai pas abordé aujourd’hui. Vous pouvez aussi me contacter pour me faire part de vos questions, et je serai très heureuse d’y répondre et d’échanger avec vous.

Références

-BAYOT I., Le quatrième trimestre de grossesse, Erès 1001 BB, 2018

-CHADELAT C., MAHE-POULIN M., Le mois d’or, Presses du châtelet, 2019

-SIMON J., Bien vivre le quatrième trimestre au naturel, First éditions, 2019

-Soirée “Le soutien du conjoint et des bonnes étoiles: une clé pour bien vivre le Mois d’Or” organisée par C. CHADELAT et M.MAHE-POULIN, Septembre 2020

-Vidéo de @vieuxmachinbidule : https://www.instagram.com/tv/CGIV-hvKqEf/?hl=fr

Je vous conseille ces livres qui devraient être offerts à toutes les futures mamans du monde !

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial